Questions et Réponses

Une brève entrevue avec

Paul Côté et Constantina Mitchell,

auteurs de Winter Passage, ISBN1-933016-19-1

 

Ce n’est pas tous les jours qu’on se met à deux pour écrire un romanComment l’idée vous est-elle venue?

Constantina :

Voilà une question qu’on nous pose souventPaul et moi, nous collaborons depuis des annéesJusqu’à récemment, nous étions tous les deux professeurs d’université à Washington, D.CPendant ce temps, nous avons rédigé ensemble un nombre d’articles traitant de la critique littérairePour notre congé sabbatique, un de nos projets a pris la forme d’un livre qui explore l’art d’écrireNous y analysons les oeuvres de quelques auteurs français et québécois qui ont marqué l’expression romanesque du 20e siècleNous avons également co-traduit, du français à l’anglais, quatre livresAprès avoir analysé pendant si longtemps les romans d’autrui, nous avons décidé qu’il était grand temps d’en écrire un nous-mêmes.

 

Un partenariat de ce genre a sûrement des défis particuliers ; batailles territoriales, conflits d’ego, etcComment vous y prenez-vous?

Paul :

À vrai dire nous n’avons pas de méthodeNous commençons par nous mettre d’accord sur le concept de baseEnsuite, nous entamons un brouillon initial en rédigeant chacun de son côté des passagesUne fois que nous avons réussi à pondre quelque chose, nous en faisons la critique et la révision ensembleC’est à ce moment-là que débute le vrai travailNous sommes encore très loin du produit final.

 

Puisque nous avons publié des oeuvres indépendamment, nous avons chacun notre approche personnelleMais quand nous collaborons, le résultat en est une fusion des deuxS’il arrive que nous ne soyons pas d’accord sur un aspect donné du texte, c’est souvent signe qu’il existe un problème à résoudreAlors, nous en discutons et trouvons une solution à laquelle ni l’un ni l’autre aurait pensé individuellement.

 

Batailles territoriales À vrai dire, les assauts en règle sont raresIl y a bien sûr des escarmouches de temps à autreNotre but est de créer le meilleur texte possible, donc nous enfermons provisoirement nos ego respectifs dans un tiroir, pour ainsi direL’heure de l’apéro venue, nous sommes d’habitude toujours de bons amisEt  en plus, nous sommes encore mari et femme.

 

Qu’est-ce qui vous a poussé à écrire un roman dont l’action se déroule en grande partie à la ville de Québec au 18esiècle ?

Constantina :

Nous partageons depuis toujours une passion pour le 18e siècleC’est une période fascinante de tous les points de vue : historique, artistique, politiqueLe Québec occupe une place spéciale dans notre imaginaireAvant d’intégrer nos postes universitaires à Washington, D.C., nous avions vécu à Montréal pendant onze ansQui plus est, la majeure partie de nos recherches se concentre sur la littérature et la culture québécoisesD’ailleurs, en rédigeant Winter Passage, le Québec commençait à nous manquer tellement que nous sommes retournés à Montréal, où nous résidons actuellement.

 

Paul :

Le déclic était une image visuelleLe rédacteur d’une revue académique m’avait demandé d’écrire le compte-rendu d’un ouvrage non fictionnel qui parlait de l’esclavage au Canada sous le régime françaisIl y avait un paragraphe qui décrivait l’exécution en effigie d’un esclave indien qui avait commis un crime violentJ’ai tout de suite pensé que pour un film ou un roman ça ferait une entrée en matière saisissante.

 

Le roman relate bien plus que les événements reliés à l’exécution que vous avez choisie comme point de départL’intrigue est-elle basée entièrement sur des faits réels ?

Paul :

Certains événements ont vraiment eu lieuMais nous les avons modifiés pour les intégrer dans une histoire plus vaste, une histoire qui se veut une interrogation de la condition humaineNous avons fait des recherches approfondies sur la vie coloniale car notre intention était de rendre les descriptions les plus exactes que possible du point de vue historiquePuisque l’un des personnages que nous avons créés est un baron viticulteur près de Saint-Émilion, nous sommes même allés à Bordeaux où nous avons suivi un petit cours d’oenologieEt nous nous sommes promenés dans le vieux quartier de la ville de Québec où se déroule la majeure partie de l’actionOn pourrait dire que l’Histoire sert de toile de fond à la saga d’amour, de meurtre, et d’asservissement qui est émergée de tout ça.  Nous explorons la question de l’esclavage à plusieurs niveaux : le phénomène réel et concret de l’esclavage opère comme une métaphore de l’emprise de la mémoire, du coeur emprisonné.

 

Avez-vous été influencés ou inspirés par d’autres écrivains ?

Constantina :

Au cours de nos carrières universitaires, nous avons lu et analysé l’oeuvre de tant d’auteurs qu’il aurait été impossible de ne pas être influencés, sciemment ou non, par certains d’entre euxÉcrire est pour nous en quelque sorte une expression personnelle qui nous permet d’entamer un dialogue avec d’autres voix littéraires.

 

Combien de temps cela vous a-t-il pris pour écrire Winter Passage ?

Constantina :

À peu près quatre ansN’oubliez pas qu’à ce moment-là nous enseignions à temps plein et rédigions des articles sur la littératureIl était difficile de se ménager des espaces de temps pour nous concentrer sérieusement sur l’écriture, ce qui est essentiel au processus créatifC’est comme entrer dans un autre mondeSi écrire est une longue entreprise difficile, c’est aussi une activité hautement gratifiante.

 

Paul :

Le fait de jeter des idées sur papier ne représente que le stade embryonnaire—le tout débutOn ne peut pas tout simplement écrire la première chose qui passe par la tête et penser que c’est finiChaque mot est d’une importance primordialeÀ notre avis, un roman ne doit pas se former d’une série d’actes et d’événements auxquels le lecteur est censé attribuer de façon spontanée une cohérenceUn roman a besoin de structurePar conséquent, une attention au plus menu détail s’imposeC’est pourquoi ça nous a pris si longtemps pour écrire Winter PassageNous voulions donner à ce roman des résonances poétiquesNous avons même lu le manuscrit à haute voix à plusieurs reprises.

 

Prévoyez-vous une suite à Winter Passage ?

Constantina :

AbsolumentUne suite ou peut-être quelque chose d’entièrement différentNous en discutons actuellementMême si écrire n’est jamais chose facile, nous sommes complètement accrosÉcrire c’est ce que nous aimons faire le plus dans la vie—ou presqueAlors, restez à l’écoute !

 

Pour de plus amples renseignements, veuillez contacter :

Behler Publications
22365 El Toro Road, #135
Lake Forest, CA 92630
949.716.3702

info@behlerpublications.com

 

 

Accueil

 

Les services que nous offrons

 

Nos profils

 

Nos traductions publiées

 

Nos écrits publiés

 

Scénarios de film

 

Pour nous joindre

 

English